Last news

Plan de menu minceur rapide

Liposuccion imc 32 us


Read more

Augmentation mammaire en juin

Perte de poid ballon gastrique


Read more

Comment donner du volume au cheveux long islam


En ce qui concerne sa position sociale, la femme ne pouvait se livrer à des actes judiciaires, ni posséder ni acheter ni vendre des biens. Saved under Compte-rendu, CULTURE & PARTAGE, France, Islam - Ahmadiyya, LAÏCITE, RELIGIONS & SPIRITUALITESTags: ahmadiyya, conférence, domination, droits de la femme, femmes, Islam, place de la femme dans l'islam, réforme L’égalité entre les hommes et les femmes ne va pas de soi.La femme est également le malheur du genre humain car c’est elle qui, dans la mythologie judéo-chrétienne, à inciter Adam à manger le fruit interdit. En Grèce Antique, les femmes ne jouissaient d’aucun droit civique et politique et, par conséquent, leur statut était inférieur à l’homme.Les femmes n’étaient pas déclarées au registre d’état civil.Cette tutelle marque également une certaine forme de dépendance de la femme vis-à-vis d’une autorité supérieure (le tuteur, le mari).Il suffit de remonter l’histoire du 20ème siècle pour s’en rendre compte.On place ainsi l’homme et la femme, sur la scène sociale et en dehors de la famille, sur des niveaux fondamentalement différents.Il y a 50 ans une femme ne pouvait pas travailler sans l’autorisation de son mari, il y a 65 ans une femme ne pouvait pas voter, il y a un siècle une femme ne pouvait pas disposer librement de son salaire.Chez elle, la femme était la maîtresse incontestée.Les jeunes filles ne s’instruisaient pas comme les garçons, leur mère ou une vieille servante leur enseignait comment tenir la maison, tisser la laine, et parfois même, mais c’était rare, à lire et écrire.Pour le rôle de la mère, on pourrait dire qu’il était l’objectif de chaque femme, le but de sa vie.Les jeunes filles ne sortaient pas, sauf si elles devaient se rendre au temple, à une fête religieuse ou familiale ou pour faire leurs achats personnels, et toujours accompagnées de leur tuteur ou d’une esclave.Cela signifie en réalité que la femme est redevable à l’homme de sorte que cette redevabilité se mue en soumission.Elle devait donc épouser le plus vite possible son plus proche parent du côté paternel pour que l’héritage reste dans la famille.

Quelles sont les raisons ayant poussés l’homme à considérer la femme comme étant inférieure à lui ? Les mentalités se sont forgées sur d’anciens mythes et certaines croyances telles que la femme a été créée non en même temps que l’homme mais à partir de l’homme.Elle se trouvait donc toujours sous la tutelle de quelqu’un.Si elle devait passer de tels actes, elle devait nommer un tuteur pour la représenter.La femme avait des rôles pour lesquelles elle était vraiment destinée, celui de la mère ou celui de compagne de l’homme rien de plus, rien de moins.Les seuls droits qu’on leur reconnaissait étaient le droit de contracter un mariage légitime afin de donner des héritiers à son époux.


Top news

Hayrides orlando..
Read more
© 2016 factetan.ru